La surveillance de chantier sans fil, une protection nomade

La surveillance sans fil de chantier ou sites isolés est indissociable de la protection des sites dont la situation géographique ou la morphologie ne permettent pas de raccorder les systèmes de vidéosurveillance et d’alarmes au réseau électrique ou Internet. Il peut s’agir par exemple des fermes éoliennes, des carrières, des grandes exploitations agricoles, des friches industrielles, des sites archéologiques ou encore des exploitations ostréicoles. Tous les sites isolés et susceptibles de contenir des engins ou du matériel intéressant pour les voleurs ou attirant la curiosité des passants qui peuvent se mettre en danger en pénétrant sur un chantier sont donc concernés par l’enjeu de la surveillance des accès ou des zones sensibles.

 

Qu’est-ce que la surveillance sans fil ?

La surveillance de chantier sans fil, aussi appelée système de surveillance autonome ou non filaire, est un dispositif de protection de chantier contre les intrusions comprenant des alarmes, des sirènes ou des caméras alimentées par des batteries compatibles avec différentes technologies énergétiques (solaires par exemples). Ainsi la surveillance de chantier ou de sites isolés est assurée en continu, même sans raccordements électriques ou générateurs.

La surveillance de chantier nomade permet de surveiller n’importe quel site, n’importe où, quelque soit sa configuration.

Quels dispositifs de surveillance sans fil ?

Dans un système de vidéosurveillance autonome, on peut trouver des alarmes anti intrusion, des caméras nomades ou des sirènes autonomes.

Les caméras mobiles peuvent être placé et déplacé là où les besoins sont les plus importants (entrées des lieux, passages susceptible d’être empruntés pour pénétrer dans le site, zones de stockages du matériel et des outils…). Il existe des caméras sans fil spécialement conçues pour l’intérieur, et donc idéales pour la surveillance des entrepôts ou des bâtiments en construction. D’autres, en revanches, résistent aux conditions climatiques et intempéries

On distingue deux types de caméras utilisées dans les systèmes de surveillance sans fil : les caméras de types anti-intrusion et celles de types suivi de chantier.

Les caméras et alarmes de type anti-intrusion possèdent des détecteurs infrarouge de présences et s’activent uniquement en mode alarme. Elles ont une autonomie batterie pouvant aller jusqu’à 4 ans.

Les caméras de suivi de chantiers qui sont actives 24h/24 et 7j/7 et transmettent les données récoltées en continu.

A noter que ces deux systèmes de vidéosurveillance et d’alarmes fonctionnement sur des technologies différentes et selon des réglementations et protocoles distincts.

Les caméras sans fil enregistrent la présence d’individus sur un site isolé ou un chantier, au moment de l’effraction ou en continu.

Les caméras autonomes sont compactes et donc assez discrètes et difficiles à repérer par d’éventuels intrus. En enregistrant les images, photos ou vidéos, et en les transmettant au centre de télésurveillance (par connexion 3G, 4G ou GPRS), Il est alors possible de conserver des preuves en cas d’effraction.

Avant tout ces systèmes de surveillances électroniques de sites isolées nomades sont d’abord utilisés pour prévenir des risques et ont déjà fait leurs preuves pour dissuader les éventuels curieux de pénétrer dans l’enceinte du chantier ou de site.